Actualités

Les bienfaits des tisanes

Des boissons de grands-mères, les tisanes ? C'est sans compter leur retour en grâce depuis quelques années, avec à la clé des recettes plus goûteuses et des bienfaits multiples. Voici, en sept leçons, quelques informations capitales sur les tisanes et ce qu'elles nous apportent.

- Tisane, décoction, infusion, quelles différences ? Vous pensez que derrière ces appellations se cachent la même boisson ? Pas du tout ! Le terme « tisane » désigne ainsi l’ensemble des préparations aqueuses buvables à base de plantes. L\'infusion consiste à laisser tremper la plante – ou le sachet – quelques minutes dans l\'eau bouillante. La décoction, elle, consiste à faire bouillir la plante pendant quelques minutes et permettrait d\'en recueillir plus de principes actifs. Attention toutefois, certaines plantes ne supportent pas trop longtemps la chaleur et peuvent au contraire perdre leurs propriétés. C\'est le cas par exemple de la reine des prés. Vous pouvez aussi mélanger décoction et infusion dans un même thermos.

 

\

 

- Point besoin d\'en boire des litres pour que cela marche, quelques tasses suffisent pour en ressentir les bienfaits. Ce qui compte en réalité, plus que la quantité, c\'est la qualité des plantes contenues dans les tisanes.

 

 

- Plutôt qu\'en boire le soir, préférer certaines tisanes avant 16h. Oui, bien sûr, la tisane le soir a quelque chose de très réconfortant. Mais attention aux tisanes à l\'effet drainant, qui peuvent entrainer des réveils nocturnes lorsqu\'on en abuse en soirée ! Une tisane remplace aisément un café à midi, pensez-y !

 

 

- La tisane ne fait pas maigrir mais elle peut diminuer la faim par un effet mécanique car un bol de tisane remplit l\'estomac et permet d\'éviter les grignotages intempestifs.

 

 

- La tisane est réconfortante. C\'est un effet totalement psychologique mais réel. La simple évocation de la tisane évoque les douces soirées d\'antan, la camomille de mamie qu\'elle nous faisait pour nous aider à dormir, le bruit des cigales l\'été ou le feu de cheminée l\'hiver. Boire une tisane, c\'est se recentrer, s\'accorder une pause, ne plus penser à rien pendant quelques minutes.

 

 

- En fonction de telle ou telle affection, une infusion bien ciblée peut être d\'une grande efficacité pour notre bien-être. On connait tous les effets apaisants de la camomille ou digestif de la réglisse par exemple. Bien sûr, cela ne remplace pas une visite chez le médecin.

 

 

- Particulièrement indiquée pour les personnes n\'aimant pas boire de l\'eau. Une alternative non calorique aux sodas ou jus de fruits !

 

17/11/2015

Comment booster son energie ?

Lorsque les jours deviennent plus courts que les nuits, que le soleil se fait plus rare et les températures plus fraiches, il n'est pas rare que l'on se sente soi-même comme en sommeil. Difficile de se lever le matin, épuisement le soir, manque d'entrain, concentration qui s'émousse... Bref, il est temps de retrouver un peu d'énergie. S'il n'y a pas de solutions miracles et qu'une fatigue qui dure et ressentie comme anormale nécessite de faire le point avec son médecin, il existe toutefois des moyens de retrouver la forme, en voici quelques-unes...

- Faire de l'exercice. Cela peut paraître paradoxal, lorsqu'on est à plat, l'idée même de faire du sport nous fatigue. Pourtant, c'est souvent le premier pas qui compte. Ensuite, le corps, ré-oxygéné, se remet en mouvement. Les idées noires, souvent responsables des coups de mou hivernaux, disparaissent. Et une fois les séances de sport terminées, c'est une fatigue saine qui est ressentie.

 

- Manger des fruits et légumes de saison. Rien de tel que de suivre le rythme de la nature pour en puiser tous ses bienfaits. Ce n'est pas un hasard si l'hiver est riche en choux, navets ou endives. Ces légumes, peut-être moins sexy que les tomates et courgettes de l'été, sont naturellement pourvus en minéraux comme le calcium, mais aussi magnésium. À ce titre une bonne soupe de légumes ou une salade d'endives va vous aider à conserver votre vitalité durant l'hiver et combler les potentielles déficiences en minéraux. Idem pour les pommes, raisins, poires ou coings. Ils vous accompagnent et reboostent votre organisme.

 

 

- Eviter l'alcool, en particulier le soir. En effet, les boissons alcoolisées empêchent votre corps de trouver un sommeil serin.

 

 

- Boire beaucoup d'eau. Respirer ou même parler vous font consommer l'eau de votre corps. Laisser votre corps se déshydrater et c'est votre niveau d'énergie qui va à son tour diminuer.

 

 

- Prendre le soleil : Si en été il est indispensable de se protéger du soleil, lorsque celui-ci se fait plus rare, il est conseillé de profiter du maximum de lumière dès qu'il fait beau. En effet, votre corps a besoin de vitamine D qui contribue à l’absorption et à l’utilisation normales du calcium et du phosphore.

 

 

- Ne pas abuser des excitants comme le thé, le café ou certains sodas. S'ils donnent l'impression d'un coup de fouet sur le moment, ils n’apportent pas un gain d’énergie durable.

 

 

- Méditer. Quelques minutes tous les jours de méditation en pleine conscience, en suivant le rythme de sa respiration permettent au corps de s'oxygéner et à l'esprit de s'alléger de toutes les sources de stress. Petit à petit, l'énergie vient prendre la place de la mauvaise angoisse...

 

 

- Si besoin, se supplémenter vitamines et minéraux. En plein hiver, et particulièrement vers la fin, nous pouvons avoir besoin de vitamines et/ou d’oligo-éléments

 

 

- Rire. Cela semble peut-être évident, mais rire quelques minutes par jour est très bénéfique pour l’organisme et le moral.

 

14/10/2015

Les besoins des enfants en vitamines et minéraux

Pour que les enfants développent leur potentiel optimal, il est vital de leur assurer une alimentation variée, saine et équilibrée. L’alimentation et l’exercice adoptés au cours de l’enfance et de l’adolescence peuvent en effet faire la différence plus tard dans la vie. Et qui dit alimentation équilibrée, dit apports suffisants en vitamines et minéraux, en fonction des besoins de nos petits. Lesquels ne sont pas les mêmes à chaque étape de leur développement. Voici, par tranche d'âge, ce dont les corps de nos chérubins ont besoin.

Durant la première année de vie
Le lait maternel apporte à lui seul en général l'essentiel des nutriments et vitamines dont les bébés ont besoin. Les laits maternisés sont toutefois eux aussi conçus pour répondre à ces exigences. Mais s'il est un élément à garder constamment à l’esprit dans la première année de vie, c'est celui-ci : l’apport en fer de l’alimentation. L’utilisation d’une formule de lait pour nourrissons ou de céréales fortifiées en fer, ainsi que la consommation d’aliments riches en fer, comme la viande mixée sont conseillés.

\

 

De un à trois ans
C'est à partir de ce moment-là qu'un enfant commence à choisir les aliments qu’il mange. Bien qu’il grandisse encore, le taux de croissance est plus faible que durant les 12 premiers mois. A cet âge, là, le plus important est donc de couvrir les besoins énergétiques avec une large variété de produits alimentaires. Parmi les vitamines les plus nécessaires : la vitamine A. On la trouve dans les œufs, les produits laitiers, le foie ou encore l'huile de foie de poisson. Les vitamines C et D (nécessaire à une croissance et un développement osseux normaux des enfants) sont également fondamentales. Le calcium, lui aussi, continue à être l'une des pierres angulaires de la croissance, de par son rôle dans la consolidation des os. Il est également nécessaire à une croissance et un développement osseux normaux des enfants. Fer, magnésium, phosphore ou encore zinc, doivent également être présents dans l'alimentation de nos tous petits.

 

Après quatre ans
De l’âge de 4 ans à l’adolescence, la croissance est faible, mais continue. Attention, c'est à ce moment-là souvent que les apports alimentaires de certains enfants peuvent s’avérer trop bas en certaines vitamines et minéraux. Une alimentation variée et équilibrée est donc primordiale. D’une manière générale, des repas réguliers et des collations saines, comprenant des aliments riches en glucides, des fruits et légumes, des produits laitiers, des viandes maigres, du poisson, de la volaille, des œufs, des légumineuses et des graines oléagineuses sont fortement recommandés. Il faut par ailleurs habituer les enfants à boire souvent, particulièrement s’ils sont physiquement actifs. L’eau contribue au maintien d’une fonction physique et d’une fonction cognitive normales. De plus, elle n’apporte pas de calories.

A l\'adolescence
Le fer est encore plus important à l'adolescence et doit être surveillé de près. A privilégier donc pour l'alimentation de nos ados : les viandes maigres et le poisson, mais aussi les légumineuses, les légumes verts, les graines oléagineuses ou les céréales complètes, voire enrichies en fer. Le fer d’origine animale (fer héminique) est mieux absorbé que le fer d’origine végétale (fer non héminique).
La vitamine C (contenue dans certains agrumes) accroît l’absorption du fer.

Attention également à veiller à de bons apports en calcium !

19-09-2015

Sport en vacances

Chaque été, la même bonne résolution revient sur la table : profiter des vacances pour bouger et faire du sport. Et souvent, lorsque septembre arrive, il faut se rendre à l'évidence, mise à part la courte distance qui sépare la serviette de bain de la mer, aucune activité physique à déclarer. Peut-être parce que les objectifs fixés à l'origine étaient trop ambitieux ? Voici donc quelques conseils pour que vos vacances riment avec sport sans que ce dernier soit une telle corvée qu'on l'abandonne finalement dès le deuxième jour...

1 - Avant toute chose, prendre rendez-vous avec son médecin avant de partir, pour faire un petit bilan de ses capacités physiques et se mettre d'accord avec lui sur les exercices à proscrire ou non, en fonction de son âge, de ses problèmes éventuels de dos, etc…


2 - Ne pas se fixer d'objectifs inatteignables. Si l'on n'est pas sportif, aucune raison de parvenir d'un coup à courir une heure tous les matins, au risque de s'abimer les genoux ou de fatiguer excessivement un organisme qui n'a pas l'habitude d'être mis aussi durement à l’épreuve. Mieux vaut commencer en douceur et monter en puissance jour après jour.


3 - Choisir son moment, si possible en dehors des heures les plus chaudes. Autrement dit, entre 12h et 16h, on oublie le sport et accessoirement le soleil, c'est l'heure de la sieste à l'ombre, votre peau vous remerciera plus tard. Le matin tôt est idéal pour courir, la fin d'après-midi se prête quant à elle très bien aux étirements, abdos ou autres exercices de musculation, qui, face à la mer deviennent même agréables.


4 - Profiter des éléments. Rien de mieux pour le corps que la nage, sur le dos ou en crawl, attention en effet, la brasse, mal exécutée, peut provoquer des douleurs lombaires et cervicales. Là aussi, fixez-vous au départ des distances raisonnables, quitte à les augmenter jour après jour. Les petites palmes de piscine sont parfaites pour nager en mer, elles permettent d'aller plus vite. Autre conseil, plutôt que partir bille en tête vers le large, préférez nager parallèlement à la plage, cela permet de pouvoir revenir sur la terre ferme plus facilement en cas de coup de pompe.


5 - Excellent également, les sports de balle, raquettes en bois et petites balles dures, raquettes en plastique et balles en mousse (uniquement s'il n'y a pas de vent), parties de ballon dans l'eau,… Très efficace pour muscler les bras et le haut du corps mais aussi pour brûler des calories, tout en s'amusant. Là encore, c'est le secret de la ténacité : un sport qui devient un loisir se pratique plus volontiers !


6 - Sur votre serviette, pensez à vous étirer régulièrement. Le stretching permet d'allonger les muscles, en douceur. Mettez-vous sur le dos, levez vos jambes à quelques centimètres du sol, sans creuser le bassin, et ramenez les pointes de pied vers vous, puis vers la mer. Répétez une vingtaine de fois. Ça tire? C'est bon signe.


Sport en vacances

7 - Marchez le long de la plage, une vingtaine de minutes avec de l'eau à mi-mollet, en lançant loin la jambe devant et en la fléchissant légèrement. Non seulement c'est agréable, mais excellent pour la circulation. La résistance qu'offre l'eau intensifie l'exercice.


8 - Si vous êtes en groupe, tentez le Beach Volley ! Un sport où on ne cesse de courir après la balle et de mobiliser la musculature profonde des jambes et des fessiers. Par ailleurs, les sauts répétés et les lancers de ballon tonifient bras, pectoraux, abdominaux et dorsaux ! Une façon de ne pas bronzer idiot en plus…


9 - Achetez un cerf-volant ! Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le pilotage d’un cerf-volant muscle énormément les bras et les abdominaux, surtout par grand vent. Les jambes sont également sollicitées, en l'occurrence quand il n'y a pas beaucoup de vent, il faut en effet courir pour le faire décoller, notamment à reculons, ce qui tonifie les muscles de la chaîne postérieure.


10 - On se gaine. C'est la grande tendance du fitness et c'est un exercice qui se prête à la position sur une serviette. Allongée à plat ventre, les coudes et les avant-bras posés au sol, les jambes bien serrées et la tête bien alignée, on soulève légèrement son corps en prenant appui sur ses avant-bras et les pointes de pied. A raison de deux fois une minute par jour, la ceinture abdominale se tonifie et se redessine.

Peau jeune et soleil

C'est un fait désormais avéré, soleil et jeunesse de la peau ne font pas bon ménage. Outre les dangers évidents des ultra-violets, qui peuvent à terme, être responsables de cancers de la peau, il faut également garder à l'esprit que s'exposer sans protection est la meilleure façon d'accélérer le processus de vieillissement de l'épiderme. Nous sommes en effet « propriétaires » d'un capital soleil, déterminé dès la naissance et en quantité immuable dans l’organisme. Ce capital soleil est constitué de mélanocytes, cellules qui pigmentent la peau et les cheveux, et déterminent la résistance aux ultraviolets. Programmé pour assurer les besoins de la peau tout au long de la vie, il ne peut se reconstituer si on le dilapide avant l’heure à grand renfort de siestes au soleil entre midi et 16h, d'oubli de crèmes anti-UV et d’une manière générale, d'abus d'exposition.

 

Ceci étant dit, nous ne sommes pas condamnés pour autant à vivre à l'ombre toute l'année, ni à nous contenter d'un teint blafard été comme hiver. Il est possible d'arborer un joli hâle sans pour autant se mettre en danger. Mais pour être certain(e)s de ne pas gaspiller notre capital soleil, certaines précautions sont indispensables :

 

1 – Préparer son bronzage. Attention, les compléments alimentaires permettant de préparer sa peau au soleil ne constituent en rien une protection solaire. En revanche, ceux qui contiennent des substances comme le Coenzyme Q10 peuvent être de précieux alliés. La préparation du bronzage peut également passer par des assiettes riches en vitamines,: le cocktail gagnant ? La vitamine A, (foie, jaune d’œuf, poisson gras, fromages) et le bêtacarotène, (légumes et fruits frais de l’été) qui contribuent au maintien d’une peau normale; la vitamine C, la vitamine E, (huiles végétales) et sélénium, (crustacés, fruits de mer et poissons) qui contribuent à protéger les cellules contre le stress oxydatif. Très important également, boire tout au long de la journée, l'eau étant l'une des meilleures amies de notre peau....

 

2 – Bannir les expositions entre 12 et 16 heures. C'est à ce moment-là que le soleil est au zénith et que ses rayons provoquent par conséquent le plus de dégâts sur la peau.

 

3 – Y aller progressivement. Commencer par une demi-heure par jour, pas plus, et privilégier les sessions actives plutôt que des heures allongées sur la plage. En mouvement, le corps offre différents angles au soleil, lorsqu'il est à l'horizontal en revanche, il est bien plus exposé.

 

4 – Privilégier les protections solaires aux indices les plus élevés. Non, un indice 50 n'empêche pas de bronzer, en revanche il vous garantit une véritable protection contre les coups de soleils, ennemis jurés de la jeunesse de la peau. Et que votre peau soit plutôt mate n'y change rien. Après plusieurs jours au soleil, vous pouvez éventuellement utiliser des protections moins fortes, mais encore une fois, plus vous barrez la route aux ultra-violets, plus vous combattez les rides...

 

5 – Adapter son comportement en fonction de son âge. Les peaux jeunes nécessitent des crèmes non comédogènes ni grasses, les peaux plus matures, elles, réclament des produits plus riches et nourrissants. Et d'une manière générale, plus on avance en âge, plus il faut se méfier du soleil. A bannir totalement : l'idée selon laquelle on n'est plus à une ride près !

Actualités plus récentesActualités plus anciennes
Nos autres sites  :    Mercurochrome|Intimy|Marie Rose|Laboratoires Juva Santé
juvamine

Faites le plein d'énergie et de vitalité : les vitamines et compléments alimentaires Juvamine
sont conçus pour des gens en bonne santé et qui souhaitent le rester.

facebook
youtube